Texte à méditer :   Dès qu'il m'eut adressé ces mots, l'esprit entra en moi et me fit tenir sur mes pieds; et j'entendis celui qui me parlait.   Ez 2.2
Texte à méditer :   Or, l'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint Esprit qui nous a été donné.   Ro 5,5
Texte à méditer :   Moi, je vous ai baptisés d'eau; lui, il vous baptisera du Saint Esprit.   Mc 1,8
Texte à méditer :   Restez toujours joyeux. Priez sans cesse, en toute condition soyez dans l'action de grâce...   1Th 5,17
Texte à méditer :   Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous.   Ro 8,9
Texte à méditer :   Recherchez la charité; aspirez aussi aux dons spirituels   1 Co 14,1
Texte à méditer :   Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, .je suis là au milieu d'eux   Matt 18.20
Texte à méditer :   A chacun, la manifestation de l'Esprit est donnée en vue du bien commun.   1Co 12,7
Texte à méditer :   Combien plus le Père du Ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui l'en prient.   Luc 11,13
Texte à méditer :   N'éteignez pas l'Esprit.., mais vérifiez tout ce qui est bon, retenez-le   1 Thess 5,19
Texte à méditer :   Vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint... Vous serez alors mes témoins à Jérusalem... et jusqu'aux extrémités de la terre   Actes 1,8
Texte à méditer :   Si nous sommes infidèles, Lui reste fidèle   2 Tie 13
Texte à méditer :   Il arrivera... dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit...   Ac 2,17
L'Olivier
 ↑  
L'histoire
 ↑  
Calendrier

De ma découverte du Renouveau, je peux aujourd'hui retenir quatre fruits plus importants : la louange, la Parole de Dieu, l'abandon et la confiance en mon Dieu, et la prière des frères.

Je fais partie du groupe de Carbonne depuis son début en 1985, avec Claude mon mari. Nous avons quatre enfants : 3 filles de 31ans, 29 ans et 26 ans ½, et Emmanuel, 13 ans ½.

La louange a été pour moi une véritable découverte : louer Dieu gratuitement pour ce qu'II est, le louer en toutes choses, rendre grâces (1 Thes 5, 16). Je l'ai expérimenté souvent dans ma vie. La première fois, ce fut lors de l'adoption de notre fils Emmanuel. Évènement heureux au sein de notre famille. C'est donc plus facile. Cela nous a conduit au Liban en février 1990, pour aller chercher Emmanuel. Guerre entre l'est et l'ouest de Beyrouth, bombardements, difficultés administratives... Mais la grâce de l'abandon, de la confiance... Que c'est doux de se laisser ainsi s'abandonner !

En mai 1992, Claude était terrassé par un cancer. Épreuve de la maladie... Et cependant, même si ma louange était faible, si j'ai crié aussi vers le Seigneur, j'ai eu cette grâce d'abandon. J'ai puisé dans les sacrements. Dans la mesure du possible j'allais tous les jours à l'Eucharistie. Cela fut aussi la force de Claude, qui avait également reçu le Sacrement des Malades. Ensemble nous avons fait face. Car que répondre à Emmanuel, 2 ans ½ ? "Dis, maman, tu crois qu'il va revenir à la maison, papa ?"

Après l'opération, le médecin m'informait que l'on avait fait du mieux possible, mais que cependant tout n'avait pu être enlevé. Vu son état de faiblesse extrême, pas de traitement immédiat. Une échéance de 3 à 6 mois. Je me suis appuyée sur la prière des frères (jeûne et prière continue...) Petit à petit, Claude a remonté la pente, sûr du Seigneur, sûr de sa guérison. Et 10 ans après, nous rendons grâces pour toutes les merveilles que le Seigneur a faites pour nous.

Nous avons donc, comme beaucoup, de multiples épreuves. Suite à la maladie et à un conflit avec la CPAM, plus de ressources pendant 6 mois : 2000 francs par mois pour vivre à 6 ! Nous pratiquions de plus la dîme ! Nous avons fait confiance au Seigneur et nous avons continué cette pratique, malgré tout. Et nous avons reçu au centuple.

Épreuves, aussi, liées à l'adolescence de nos grandes filles. Et le 14 août 1998, le drame : le papa de Claude, 79 ans, assassinait deux personnes dont une jeune fille de 17 ans. Une troisième personne était grièvement blessée, conservant aujourd'hui un handicap physique. Puis papi se tirait une balle dans la tête. Il ne fut que blessé. Que dire ? sinon ma révolte ? Pourquoi n'était-il pas mort ? Pendant 24 heures ce fut mon obsession. Je ne pouvais prier, si ce n'est dire : "Seigneur !" La réponse de Claude fut, dès le début : "C'est le temps que le Seigneur lui laisse pour se convertir !" Puis la paix m'a habitée. Grand désir de rencontrer les membres des familles... Grâce de pouvoir faire face à tout, mais principalement aux questions de nos enfants, aux peurs revenues d'Emmanuel, liées aux bruits de la guerre avant que nous ne le prenions. Le 15 août, nous étions tous les six à la messe, sûrs que le Seigneur était présent dans cet événement, même si nous ne comprenions pas.

Et aujourd'hui, j'ai compris et je ne cesse de rendre grâce pour tout ce que le Seigneur a tiré de bon de ces ténèbres. Réconciliation avec papi, sa conversion, moments intenses avec lui, principalement au premier parloir avec une de nos filles. Emmanuel avait pu voir son papi à l'hôpital. Le lendemain, il était transféré à la prison Saint Michel. Lors de ce premier parloir, j'ai vu arriver un homme usé, qui tremblait de tout son corps, qui pleurait. Nous l'avons entouré de toute notre tendresse. Il a été pour moi un père tel qu'il n'avait jamais été. Mais je sais très bien que c'était le Seigneur qui me faisait cette grâce immense, car moi je ne savais pas aimer. Jamais ne n'aurais cru possible d'aimer papi de la sorte. J'étais le Père dans la parabole, j'étais le fils prodigue... C'était le Seigneur en moi qui opérait tout cela. A Noël, nous étions tous allés à Lourdes. Emmanuel était allé à la piscine "pour papi". Et quelques jours après, nous recevions la première lettre de papi : "Bien chers enfants..." Ce fut mon plus beau cadeau de Noël. Il nous disait avoir assisté à la messe de Noël (à la grande surprise d'Emmanuel qui ne comprenait pas) et avoir trouvé notre évêque très gentil. Puis il y eut sa sortie de prison, le 11 février (encore un clin d'oeil de la Vierge Marie) et l'hôpital psychiatrique. Là aussi, il a fallu se réadapter, s'apprivoiser. A la prison, c'était plus facile. L'hôpital, c'était une certaine liberté pour lui, pour nous difficile à accepter... Mais, Toi, Seigneur, tu sais... S'abandonner, c'est ce que nous avons appris à faire ; faire confiance... Puis la maladie de papi, son état qui s'aggravait, ses forces qui le quittaient. Et nous, présents à Noël et le 30 décembre. Chacun de nous a pu le gâter. Le 30, nous le faisions goûter. Il ne pouvait même plus amener sa cuillère à sa bouche. Et en moi cette image de sa force lors du drame quand il luttait avec une personne qui voulait le désarmer... Oh ! papi ! C'est Toi, Seigneur, qui est là, devant moi ! Cette dernière phrase, alors que nous le quittions : "Même si je dors, vous pouvez rester !" Et lors de ses obsèques, le 3 janvier (il est décédé le 1er janvier, fête de Marie, Mère de Dieu), à la lecture de l'évangile d'Emmaüs que nous avions choisie, je faisais le lien : "Reste avec nous, Seigneur, car le soir tombe".

Oui, par le Renouveau avec l'Olivier qui nous permet de bénéficier de formations, de retraites, ma foi s'est fortifiée et s'est éclairée. Je fais vraiment partie de l'Église, de ce Corps du Christ. Je rends vraiment grâces au Seigneur, pour toutes ces grâces reçues, pour ces épreuves que j'ai pu vivre avec Lui, mais aussi pour toutes ces joies multiples, ces petites fleurs qui poussent à nos côtés, et que grâce à l'Esprit Saint je peux cueillir. Je rends grâces pour cette grande famille, pour tous ces frères et soeurs qui, silencieusement, font monter vers Dieu leurs prières pour ceux qui sont dans la peine.

"Voyez ! Qu'il est doux d'habiter en frères, tous ensemble ! C'est une huile excellente sur la tête, qui descend sur la barbe d'Aaron. C'est la rosée de l'Hermon qui descend sur les hauteurs de Sion ! Là, le Seigneur a voulu la bénédiction, la vie à jamais" Psaume 132

Retour


Catégorie : -
Page lue 511 fois

Les services

logoRendez-vous Notre Dame du Taur

Les Rendez vous de Notre Dame du Taur sont bimestriels. Ils ont en général lieu à l'église du Taur.(pour en savoir plus)

logoPuits de Jacob

Ce service propose un ACCUEIL SPIRITUEL pour toute personne ayant foi en JESUS ou en recherche de DIEU (27 rue Paul Bert 31400 Toulouse) (lire la suite)

logoEcoute des malades

Nous nous réunissons le 4ème mercredi de chaque mois à 20h00 (adoration à partir de 19h30) à la maison de l'olivier (27 rue Paul Bert 31400 Toulouse) (lire la suite)